Séries & Films : Mes derniers coups de cœur sur Netflix

En 2016, je vous avais déjà fait un article sur le même sujet, ce dernier s’intitulait “Dis, tu me conseilles quoi comme série ?“. Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, c’est vraiment une question récurrente quand l’hiver approche (l’article précédent était d’ailleurs rédigé à la même période, je suis une personne parfois contradictoire mais plutôt constante sur ce coup-là…). Avec cette météo, on a envie de rester sous un plaid bien au chaud & regarder un truc sympa entre amis, en amoureux ou en solo. On ne va pas se mentir, on gratte tous le compte “Netflix” de quelqu’un (ou alors vous faites partie de la seconde catégorie et on exploite le vôtre). Je propose un petit moment de recueillement afin de remercier cette personne qui vous permet de regarder sans payer. Mon buddy se reconnaîtra – Kiss Love Flex à toi ❤.  Après cette petite intro, passons aux choses sérieuses. Ces derniers mois, j’ai eu quelques coups de cœur en terme de films & séries, alors je me suis dis, pourquoi ne pas vous les partager. Je précise simplement que je ne suis pas cinéphile et je ne fais pas partie des gens qui sont fourrés à la Cinematek tous les week-ends (une autre personne se reconnaîtra également – no offense, qui aime bien châtie bien). Ne me lancez pas des cailloux, il y en aura pour tous les goûts : thrillers, dramas, comédies, mangas,… C’est parti, je partage mes petites trouvailles !

Russian Dolls (série) – un humour noir réjouissant

Si vous aviez aimé l’actrice Natasha Lyonne dans le rôle de Nicky dans “Orange Is The New Black”, elle vous plaira aussi dans cette fiction. Elle y joue une jeune New-Yorkaise, très directe, un peu perchée, amatrice de substances illicites, noctambule & qui a des rapports humains plutôt compliqués. J’ai eu un réel coup de cœur pour cette série car les personnages sont attachants, c’est drôle & les épisodes sont court (30 minutes). Une deuxième saison est prévue, je l’attends avec impatience 😀

Le synopsis : Le personnage principal (Nadia) meurt le soir de ses 36 ans, renversée par un taxi. Elle se retrouve alors prise au piège d’une mystérieuse boucle qui lui fait revivre sans cesse la nuit de sa fête d’anniversaire à l’issue de laquelle elle perd la vie… avant de se réveiller indemne, à nouveau, dans la salle de bain de sa soirée d’anniversaire. Fatiguée de mourir en boucle, elle décide de mener l’enquête.

Derry girls (série) – humour britannique décapant

Je suis ultra fan, j’ai dévoré les deux saisons illico presto ! Perso, je n’arrive pas à regarder les épisodes en VO sans les sous-titres tellement l’accent est dingue. Il y a des épisodes ou j’ai littéralement pleuré de rire. J’adore tous les personnages sans exception. Les épisodes sont courts (30 minutes) et la série se regarde à une vitesse folle.

Synopsis : Cette série racontent le quotidien ordinaire de cinq ados de Derry — ou Londonderry, nom officiel, tout dépend si vous êtes anglais ou irlandais — pendant les « troubles » de la fin des années 1990. Le but n’est clairement pas de mettre en avant le conflit civil mais plutôt montrer qu’être ado en Irlande dans ces années-là, c’est aussi avoir des problèmes classiques de gamin de 16 ans.

Love, Death + Robots (série) – pour les amoureux de l’animation

Je vous conseille de voir les deux premiers épisodes (ils sont juste dingues), si vous n’aimez pas, ne continuez pas, c’est que vous n’accrochez pas avec le concept 🙂 . Je ne vais pas vous mentir, j’avoue que tous les épisodes ne sont pas bons, certains sont plus poétiques, d’autres plus conceptuels, trash,… Vous pouvez donc passer d’un épisode magistral à un autre un peu bof qui vous laissera sur un gout d’inachevé. Si vous n’aimez pas l’univers des bandes-dessinées, des mangas et de l’animation en général, passez votre chemin ! Si par contre, vous êtes curieux, foncez car il y a des pépites.

Le synopsis : Série de 18 épisodes allant de 7 à 15 minutes chacun et ayant pour univers en commun la science-fiction. Chaque épisode est unique & n’a aucun lien avec le précédent. Le style est différent et vous permet de découvrir le travail d’animation d’artistes du monde entier.

Tales of the city (série) – LGBTQ à San-Francisco

Cette série est la continuité des trois saisons précédentes (1993-2001). Presque vingt ans après, la série, adaptée des romans d’Armistead Maupin, se retrouve sur Netflix. Je n’ai pas accroché directement et j’ai du regarder 3 épisodes pour être vraiment dedans (j’ai regardé la série à l’envers, d’abord tous les nouveaux épisodes & puis les anciens, j’ai trouvé ce désordre vraiment agréable mais j’ai l’esprit plutôt tordu). Les personnages sont folkloriques. On y aborde la sexualité et les genres contemporains. La série est pleine de rebondissements & m’a personnellement émus et permis d’y voir l’amour sous toutes ses formes.

Le synopsis : Cette série LGBTQ se déroule à San-Francisco. Mary Ann (le personnage principal) est de retour en ville où elle retrouve sa fille Shawna et son ex-mari Brian, 20 ans après les avoir quittés pour poursuivre sa carrière. Fuyant la crise de la quarantaine provoquée par sa vie bien rangée dans le Connecticut, elle retourne auprès de la famille qu’elle s’est choisie constituée d’Anna Madrigal et des résidents du 28 Barbara Lane.

The End of the F***ing World (série) – humour anglais corrosif

Bon, je ne peux plus cacher que j’adore l’humour anglais, je pense que vous l’aviez compris vu le nombre de séries britanniques que je vous propose 😛 . La deuxième saison est sortie, il y a peu de temps. Je vous avoue que je suis mitigée sur cette dernière mais je ne suis qu’au 4ième épisode. La première saison, c’est un petit bijou. Les personnages sont attachants & l’intrigue est bien ficelée. Idem, j’ai terminé la première saison en une seule soirée, le format est idéal (8 épisodes de 20 minutes), court & efficace !

Le synopsis : James, âgé de 17 ans, se présente comme un psychopathe et aimerait tuer quelqu’un. Il rencontre la rebelle Alyssa au lycée et décide qu’elle est la victime idéale pour son premier meurtre. Les deux adolescents vont alors se lancer dans un road trip d’enfer.

Explained (série) – se détendre & se cultiver

La série en version française s’intitule “En bref”, je ne regarde presque jamais de série en VF car je trouve qu’on perd tous les jeux de mots, les voix des acteurs,…
Bref, (c’est le cas de le dire : “hooo la mauvaise blague”), la série vous explique un sujet d’actualité, culte, dans l’ère du temps, décalé,… en épisode court (20 minutes). Il y a pas mal d’épisodes ou le titre ne m’inspirait pas spécialement mais je me suis dit “le format est court, motive-toi, tu verras bien”. Je vous conseille de faire de même car j’ai trouvé tous les épisodes intéressants & instructifs sans être lourds. Je vous conseille vivement ceux sur l’esprit “the mind” avec la voix d’Emma Stone 😀

Le synopsis : C’est une série documentaire qui sort chaque semaine un nouvel épisode. Dans les sujets, on retrouve “l’orgasme féminin”, “les sectes”, “l’esprit humain”, “l’intelligence animale”, “la cryptomonnaie”, “la crise mondiale de l’eau”,… Les sujets sont divers & variés, c’est super bien présenté !

Dead to Me (série) – des airs de Desperate Housewives

J’ai beaucoup aimé cette série car il y a de l’intrigue, des rebondissements, des moments un peu fous & surtout une belle amitié entre deux femmes aux personnalités opposées. Il y a des airs de “Desperate Housewives” mais c’est plutôt léger. Il y a pas mal d’humour noir (ce que j’aime beaucoup) mais ce n’est pas une série à se tordre de rire. C’est sympatoche, ce n’est pas la série du siècle mais elle détend et m’a beaucoup plu. Les épisodes sont courts 30 minutes et il y en a 10.

Le synopsis : Jen Harding vient de perdre son époux dans un accident de la route avec délit de fuite. Agent immobilière, elle doit faire face à la colère du deuil ainsi qu’aux dures réalités de la vie qui la rattrapent. Elle rencontre Judy lors d’une séance de thérapie de soutien face au deuil. Elles finissent par devenir amies, mais Judy cache un lourd secret.

The fundamentals of caring (film) – touchant & drôle

Pour être honnête, j’ai failli ne pas le visionner, parce que j’ai vu “Selena Gomez” en rôle principal, mais bon Nextflix indiquait plus de 90% de match avec ce film. J’ai donc craqué & j’ai bien fait ! Mes critères personnels pour que j’apprécie un film sont relativement simples : je dois rire (minimum 2-3 punchlines & si possible de l’humour noir), je dois m’attacher émotionnellement aux personnages et il doit y avoir un peu de suspens ou du drama (vous connaissez tous ce moment où on parle à sa TV en mode “mais non ?”, “m’enfin, c’est pas vrai ! Ce n’est pas possible”,…). C’est pour moi, la combinaison parfaite pour que je passe un bon moment cinématographique allongée dans mon canapé (idéalement avec un pot de glace ou des popcorn). Ce n’est pas un film inoubliable, culte ou une référence mais j’ai beaucoup rigolé (pas de spoil mais si vous décidez de le regarder, vous penserez à moi avec la scène de la saucisse & la discussion de “firework” 😀 ) . Vraiment, je vous le conseille vivement pour vous détendre !

Le synopsis : Trevor est un adolescent atteint de Myopathie de Duchenne, cynique et particulièrement déprimé. Sa mère, Elsa, fait appel à un certain Ben pour l’aider. Ben et Trevor se lient d’amitié et s’engagent dans un voyage à travers les États-Unis. Sur le chemin ils rencontrent Dot, une adolescente rebelle et tout aussi cinglante. Ensemble ils visitent les pires attractions du pays et partent à la recherche du père de Trevor qui l’a abandonné quand il avait trois ans.

Hunt for the Wilderpeople (film) – mon petit préféré !

J’ai tout aimé dans ce road movie, le jeu des acteurs, la musique, les paysages, les vannes bien piquantes,… C’était mon petit chef d’œuvre de cette année 2019. Rien de neuf, l’histoire est plutôt simple mais c’est surtout le ton qui rend ce récit si particulier. Ce couple mal assorti de deux solitaires, forcés de travailler ensemble dans une quête d’indépendance et de libertés, ça m’a touché mais aussi fait rire. En terminant le film, j’avais envie de convaincre tout le monde de le regarder. Netflix avait à nouveau indiqué un match à plus de 90% est force est de constater qu’il avait raison, suis-je tellement prévisible lorsqu’il s’agit du le 7ème art ?!

Le synopsis : Abandonné par sa mère, trimballé de foyer en foyer, Ricky Baker, un jeune délinquant, est placé par les services sociaux dans une famille d’accueil, des fermiers sans enfants, les Faulkner. Le vieil homme et l’adolescent rebelle vont devoir faire équipe…

Between Two Ferns (film) – interviews absolument hilarantes

Cela fait maintenant dix ans que Zach Galifianakis présente Between Two Ferns, qui se traduit littéralement par « Entre deux fougères ». Le concept est simple : il invite les plus grandes stars américaines, et leur pose les pires questions possibles, qu’elles soient d’ordre personnelles ou professionnelles. Si après les 10 premières minutes, vous n’avez pas rigolé ou esquissez un sourire, c’est simple, ce film n’est pas fait pour vous. C’est de l’humour bien bien con, en lendemain de veille avec le cerveau à moitié ramolli, c’est le film idéal !

Le synopsis : D’après la série éponyme – de vingt et un épisodes – qui a débuté en 2008 sur la chaîne Comedy Central. Zach Galifianakis rêvait de devenir une star. Pourtant, le jour où Will Ferrell a découvert son émission télévisée en accès public “Between Two Ferns”, et l’a téléchargée sur le site Web comique Funny or Die, Zach est devenu la risée d’Internet. Accompagné de son équipe, il a alors décidé de prendre la route pour réaliser une série d’entretiens avec des personnalités éminentes, et sauver sa réputation.

Okja (film) – Cochon & Capitalisme

C’est une “dystopie” sympathique, je fais la maligne mais je ne connaissais pas ce mot il y a encore quelques mois 🙂 . C’est donc un récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre. Je le qualifie de sympathique car je ne le trouve pas si sombre que ça et c’est un film que j’ai trouvé légèrement guimauve sur certains aspects. C’est l’histoire d’une amitié forte entre la jeune Mija et son “super-cochon” sur un fond de discours écolo qui tend à dénoncer les méthodes inhumaines dans les abattoirs & le capitalisme. Ce n’est pas mon genre de film à la base mais j’ai trouvé la satire environnementale & l’animation bien amenées. Les scènes de nature, de ville ou encore d’action sont bien maîtrisées. Bref, c’est un film agréable pour vos mirettes et qui ne fait pas de mal pour une petite prise de conscience sur les sujets que j’ai cité plus haut…

Le synopsis : Une petite fille devient ami avec un cochon fabriqué génétiquement appelé Okja. Mais lorsque la taille du cochon prend des proportions gigantesques, la multinationale responsable de sa création décide de le prendre, forçant la petite fille maintenant adolescente à partir en mission afin de le retrouver.

Paddelton (film) – End-of-Life Bromance, drôle & dérangeant. Une merveille !

Attention, je ne parle absolument pas de “Paddington”, ce film niais avec un petit ourson. C’est bien “Paddelton” qui est aux antipodes d’un film pour enfants. Je vous préviens, c’est très très particulier comme ambiance car le sujet est vraiment triste mais c’est drôle (humour grinçant & limite dérangeant). J’ai pleuré comme une madeleine à la fin de ce film. C’est l’histoire d’une amitié sincère entre deux hommes et ça m’a profondément touché. Ces deux voisins étranges, un peu nulle part dans leur vie sont résolument attachants de par leur bêtise, difficultés à communiquer, à s’intégrer,…  La manière de filmer est lente & spéciale mais c’est ce qui rend le récit si particulier. C’est pour moi, la notion de l’amitié sans borne. Une pure merveille !

Le synopsis : Soudainement confrontés à la mort. Une amitié improbable entre deux voisins marginaux. Lorsque l’un des deux se voit diagnostiquer un cancer en phase terminale, ils se lancent dans un road-trip avant qu’il ne soit trop tard…

The Meyerowitz Stories (film) – Taste of Woody Allen

Ce film est un peu dans le même genre que le précédent (Paddelton), c’est à dire plutôt lent & conceptuel. A nouveau, c’est tragi-comique & on y décortique les rapports humains. J’ai apprécié de voir Ben Stiller dans un rôle plus sombre et comme je vous l’ai dit plus haut, j’aime le drama, les familles dysfonctionnelles & les gens complètement à coté de la plaque ou névrosé. Bref, j’ai été servie avec ce film. Si les films à la Woody Allen ne vous plaisent pas, je ne vous conseille pas ce film car c’est un peu dans la même veine.

Le synopsis : Le récit intergénérationnel d’une fratrie en conflit, rassemblée autour d’un père vieillissant. Un père acariâtre, une belle-mère zinzin, trois enfants adultes qui ne se parlent presque jamais mais qui vont redécouvrir la force des liens familiaux à l’occasion d’un événement dramatique…

The invisible guest (film) – Un bon thriller comme on n’en fait plus

Vous avez aimé “Gone Girl” ? Alors, je vous conseille ce film plutôt deux fois qu’une, il est encore mieux ! C’est un superbe thriller qui propose plusieurs pistes pour résoudre 2 meurtres. Le dénouement est juste épatant et lorsque la lumière est faite, vous êtes totalement sur le cul. Je vous le disais plus haut dans l’article, le genre de film qui vous fait parler à votre téléviseur (“mais court, il est derrière toi, m’enfin dépêche-toi,…”), et bien celui-ci en fait totalement partie. Rebaptisé “The Invisible Guest” par Netflix puis “L’accusé” en version française, “Contratiempo” est un thriller qui a épaté. Les Espagnols montrent une fois de plus qu’il n’y a pas que les Américains qui savent faire des bons films et séries 😉

Le synopsis : Adrian Doria, businessman à la réussite insolente, se réveille dans une chambre d’hôtel, fermée de l’intérieur, aux côtés de sa maitresse sans vie… Tout l’accuse. Contre toute attente, il clame son innocence.

Wild tales (film, pas sur netflix) – parmi mes films cultes !

Je sais que le titre de cet article mentionne “mes coups de cœur sur Netflix” et que ce dernier ne s’y trouve pas. Mais je ne peux pas, ne pas vous en parler, c’est du grand art et ça doit être partagé 😀 . J’ai gardé le meilleur pour la fin, ce film est juste monstrueux !
Il décortique les mécanismes de la vengeance jusqu’à l’absurde, le pétage de plomb ultime, c’est jubilatoire. Bref, l’homme est un animal !

Le synopsis : Vulnérables face à une réalité trouble et imprévisible, les personnages des “Nouveaux Sauvages”, traversent la frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour du passé, une tragédie ou même la violence d’un détail du quotidien sont les détonateurs qui poussent ces personnages vers le vertige que procure la sensation de perdre les étriers, vers l’indéniable plaisir de perdre le contrôle.

Pour conclure

Si vous ne devez faire qu’un seul choix en terme de série, je vous conseillerais “Derry girls” parce que chaque épisode sans exception m’a fait rire. Et pour le film, c’est indéniable, c’est “Wild Tales” car il est jouissif de voir ce qu’on aurait aimé faire sans jamais oser à cause des conventions, de l’autorité, des règles & surtout par peur de finir sa vie en prison. N’hésitez pas à partager vos meilleurs séries & films en commentaire, je suis preneuse 😀



Laurence (rédactrice)

Je suis une jeune bruxelloise passionnée par les voyages, les découvertes culinaires et les objets geek en tout genre. Je suis également shopping addict mais je me soigne.

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire